© Le contenu appartient à Nadda's -  Webmagazine Lyon - depuis 2018 

Please reload

Posts Récents

Tendances accessoires printemps-été 2019

June 23, 2019

1/10
Please reload

Posts à l'affiche

Les leçons de Gossip Girl Partie 1 : Petits privilèges et grande richesse

11/23/2018

 

 

Tout le monde connait Gossip Girl, la série pour adolescents la plus regardée du monde, où l'on suit la vie des enfants privilégiés de l'élite new-yorkaise. Son succès est sûrement dû aux héroïnes glamour et aux histoires d'amours captivantes dont regorge le feuilleton, mais c'est aussi ce qui en fait, du moins au premier abord, une série plutôt superficielle et inconsistante qui nous permet juste de rêver d'une garde robe divine. Après avoir lu cette série d'articles vous changerez radicalement d'avis. En réalité, à travers leurs rocambolesques aventures qui ponctuent leur vie de petits privilégiés, Blair, Serena, Chuck et compagnie nous enseignent des leçons de vie prodigieuses, qui nous permettront d'avancer avec bon sens et intelligence dans nos vies

 

Et oui, ce soap-opéra nous livre de précieux conseils en matière d'amour, de pardon, d'amitié, mais aussi des désagréments que présente la société d'aujourd'hui, de la difficulté de se faire accepter dans un monde qui n'est pas le nôtre à l'importance de prendre nos responsabilités. 

 

Dans le premier article de cette série (et oui, il y a tellement de leçons à retirer de Gossip Girl qu'un seul article ne serait pas suffisant), le sujet abordé sera celui d'un monde des privilèges fermé qui peut sembler être l'univers idéal, mais qui est pourtant loin de l'être. 

 

Le sujet central de la série est celui du privilège social. Combien de fois la voix off de Gossip Girl a appelé Serena et sa bande " les petits privilégiés"? Cette notion  désigne un effet systémique par lequel un individu a accès plus facilement à des ressources que d'autres individus n'ont pas. Si dans la série ce privilège est l'argent, dans la vraie vie celui-ci peut naitre d'autre chose : on peut être traité de meilleure façon en raison de notre sexe, de nos origines et de bien d'autres choses. 

 

Ici donc, ce qui fait le privilège, c'est la richesse. Pourtant cette richesse n'est pas en soi un privilège, mais c'est ce qu'elle permet de faire qui rend privilégié. Et c'est ce que la série illustre parfaitement : À combien de reprise Chuck Bass a-t-il payé pour avoir accès à un service particulier ou une information confidentielle qui lui ont facilité la vie? À combien d'ennemi Blair a-t-elle acheté un billet aller sans retour à l'autre bout de la planète destiné à une personne qui la dérangeait? 

 

Il faut savoir que le privilégié n’est pas forcément conscient qu’il est justement privilégié. Si la jeune Lily Rhodes dans la saison 2 lors de l’épisode du retour en arrière quand sa soeur lui dit que l’argent pousse les gens à se comporter différemment, lui répond « Oui, mieux! », la conscience, et même la volonté d’être mieux traité n’est pas forcément explicite pour le privilégié. Lorsque Serena avouera à la directrice que c’est elle qui a organisé illégalement la fête dans la piscine de l’école, et qu’elle ne se fait pas virer alors que la directrice avait juré qu’elle renverrait le responsable, celle-ci est persuadé que cela n’a rien à voir avec qui elle est. Pourtant elle apprendra par la suite que son beau père Bart Bass a corrompu la directrice pour qu’elle ne renvoie pas Serena. 

 

L'argent ne fait pas tout, la réputation aide aussi beaucoup!

 

Parfois, le privilégié a, en plus de beaucoup d'argent, un nom réputé qui l'aide; ce qui laisse entendre que même en devenant milliardaire du jour au lendemain, vous ne seriez peut-être pas accepté dans le cercle fermé de Manhattan. Le nom a aussi une grande importance. La célèbre phrase du bad boy de la série l’illustre parfaitement quand il répète à quiconque à qui il demande un service « Je suis Chuck Bass », ce qui laisse entendre l’importance de sa petite personne.

 

Ce système élitiste est d'autant plus souligné au sein de la série par la présence de la famille Humphray, aux moyens modestes et vivant dans le quartier de Brooklyn (quartier désapprouvé par la haute sphère de l'Upper East Side). À plusieurs reprises, on peut s’apercevoir de la différence de traitement selon le nom de famille possédé. Notamment dans la saison 1 lorsque Serena et Dan se retrouve coincés dans l’ascenseur, Dan appelle les secours et on lui répond que leur situation sera traité quand il sera possible puisque toute la ville est coincé sans électricité, quand Serena insiste pour que Dan précise qu’elle est avec lui, il lui dit que cela ne va rien changé, et le fait pour lui prouver, à ce moment là les secours lui disent qu’ils vont s’occuper tout de suite d’eux. De même, lorsque Dan et Nate postuleront pour recevoir le délégué de Yale, tandis que l'un est premier de la classe mais n'est "personne", l'autre est avant dernier mais le fils d'un grand nom de la finance, c'est évidement Nate Archibald qui sera sélectionné. 

 

Un air de Monarchie dans une démocratie capitaliste.

 

Ce système de privilèges rappelle les heures de gloire de la Monarchie française, et le feuilleton ne manque pas de le dénoncer. C'est le système de l'Ancien Régime même qui est appliqué à l'école, avec la reine du Lycée qui porte un serre tête en guise de couronne, le haut des marches du musée à la pause déjeuner comme trône, et des suivantes qui font toutes les corvées de la reine. La fin de la Monarchie française n'est-elle pas caractérisée par l'abolition des privilèges? 

 

On a pu voir comme entrer dans un monde dont on ne vient pas est difficile. Jenny et Dan auront eu d'innombrables obstacles pour y parvenir, mais avec beaucoup de bonne volonté, d'ambition et surtout de manipulation et de trahison, ils y seront parvenus. Et leurs parcours ne fait que démontrer les effets pervers et les énormes sacrifices que peut amener l'ambition. Les deux adolescents de Brooklyn auront perdu le respect de leur père, Dan se sera mis à dos tous ses amis, et Jenny finira même par être bannie de New-York. Alors le pass pour l'entrée de ce monde fermé est-il l'ambition sans foi ni loi?

 

Bonheur et privilège : une compatibilité difficile? 

 

Si cette série est une fiction, elle est un vrai miroir de la réalité. Un tel système de privilèges existe, et pas seulement à New-York, la richesse et être l'enfant d'un tel ouvrent bien des portes, tout comme ils protègent de bien des sorts. Mais le feuilleton démontre aussi la réalité de ce monde : être privilégié vous assurera surement un avenir florissant du point de vue matériel, mais il ne vous apportera pas un entourage bienveillant ou un amour sincère, l'argent ne fait pas non plus la confiance en soi, et encore moins le bonheur. Et cela, les petits privilégiés de Gossip Girl l'illustrent parfaitement. Cela fera l'objet de la partie 2 des leçons de Gossip Girl. 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square